vendredi 28 septembre 2012

Instant Girlfriend

Est-ce que tu voudrais être mon amoureuse, le temps d'un trajet?
Tu as l'air lasse toi aussi. Dure journée? Moi aussi.
Tu regardes les câbles défiler par la fenêtre du métro et tu soupires.
Si tu veux, je peux passer mon bras autour de tes épaules. On serait bien comme ça non?
Tu me raconterais ta journée. Je te dirais la mienne. L'espace de quelques stations nous pourrions trouver le réconfort dont nous avons besoin.
Rapproche-toi. Viens plus près. 
Tu te blottirais tout contre moi, et pendant un moment j'oublierais tout.
Découvrir ton parfum, caresser tes cheveux. Peut-être poser un baiser sur ton front.
C'est ta station? Au revoir. C'était très agréable. Et nos vies reprendraient, un peu moins tristes.
J'aimerais parfois que les relations humaines soient plus simples, plus spontanées, plus honnêtes.
Mais tu regardes le paysage, le regard vide, l'esprit ailleurs; et jamais tu ne sauras que l'espace de quelques instants, nous aurions pu partager tant d'intimité, de chaleur.
C'est ma station.
Je cherche désespérément à croiser ton regard, au moins une fois avant de partir. Mais c'est peine perdue.
Tant pis.
Peut-être est-ce moi qui manque de spontanéité? Le vide en moi s'agrandit chaque jour un peu plus.
Ce soir encore, je rentre seul vers un appartement froid.

2 commentaires:

Pas Zir a dit…

Des rapporte humains plus simples, c'est marrant.
Ça me fait penser à ça...
http://attrait-du-neant.gandhirules.com/?p=328

Cécile a dit…

C'est fou comme je me reconnais dans ce texte. Waw. Bravo !